Drones : les premières critiques de l’album

muse-drones-cose-da-sapere-810x540Mise à jour 6 juin : Critique de la Voix du Nord

A moins de vingts jours de la sortie du tant attendu Drones, les premières critiques du nouvel album de Muse ont commencé à fleurir dans la presse. Le groupe nous avait promis un "retour aux sources" l'été dernier : la promesse a-t-elle été tenue ? Si vous souhaitez préserver la surprise de l'écoute, ne lisez pas ces prochaines lignes. Voici notre revue de presse :

Onstage Web Note : 8/10

Le journaliste italien a apprécié un album "inspiré par la science fiction", "dystopique" et "orwellien". Bien que le thème de l'album soit traité "grossièrement", le concept "séduit et perturbe". Il pense que pour bien profiter de l'album il doit être écouté en entier sans interruption. Selon lui, le retour aux sources annoncé par Muse est une "promesse tenue". Il qualifie Aftermath de "ballade à mi-chemin entre un hymne national et une publicité de Noël pour Coca-Cola", en précisant que cette comparaison n'est pas péjorative. Son titre préféré est The Globalist, qui a une atmosphère "similaire à Citizen Erased" et une "structure proche de Bohemian Rhapsody" (Queen). Il ajoute à propos du morceau de dix minutes : "frissons assurés".

Classic Rock Note : 6/10

Beaucoup plus cynique, ce journaliste britannique décrit sa vision des choses : "Bellamy revient de son exil à Hollywood pour nous casser les oreilles avec sombres conspirations et de la colère anti-politicienne. Réveillez-vous et sentez l'odeur de la vérité, moutons !". Selon lui, les paroles de Psycho sont "aussi subtiles qu'un coup de poing dans les testicules". Il ajoute : "Les paroles ne sont certes pas le point fort de Bellamy, mais il n'a jamais autant bourré de lignes disgracieuses et clichés sur un seul album". Il regrette la facette "romantique" et "mélancolico-épique" des précédents albums, peu présent sur Drones. Le résultat est "poli et conventionnel", "plat et maladroit" bien que "grand dans certaines". Il a apprécié Aftermath, "une charmante ballade qui commence comme 'One' de U2". Et comme pour la première critique The Globalist est le titre favori de l'auteur, qu'il décrit comme un "final majestueux". Il conclu par la phrase suivante : "Pour étirer la métaphore, Drones donne parfois l'impression de voler en pilote automatique, et manque trop souvent sa cible".

Ouest France

Beaucoup plus objectif, le journaliste français décrit l'album morceau par morceau. The Handler est "L’un des titres les plus « rock progressif » de l’album. Au milieu du morceau, un solo dans le style d’Angus Young (AC/DC)." Defactor a des paroles "explicites" mais "pour la poésie, il faudra repasser". Revolt : "Le héros pousse un cri de révolte sous forme de power ballad. L’un des morceaux les plus pop, pas très loin du With or Without You de U2. La voix est étrangement traitée, et part parfois brutalement dans les aigus. Mais voici le refrain le plus accrocheur du disque". Nous apprenons que le titre éponyme à l'album, Drones, est une chanson a cappella avec des couches de voix superposées. Le morceau préféré de l'auteur est Reapers. Il conclut, sans donner de note : "Musicalement, un album varié avec ce qu’il faut de grandiloquence attendue. Les fans de Muse ne peuvent être déçus. Mais le scénario de ce concept album est attendu, voire puéril. Comme les livrets de certains opéras, objecteront les fidèles. À moins qu’il y ait une dose d’ironie dans le propos ?".

Q Magazine note : 4 étoiles

Une revue très courte du célèbre journal rock anglais qui qualifie l'album de "retour aux sources garage rock" et qui conclu par "en résumé : encore un grand album".

NME note : 7/10

La critique est signée par le célèbre fan de Muse et journaliste Mark Beaumont. Son morceau préféré est "Revolt".

KERRANG Note : 5/5

Sound of Brit note : 9/10

"Drones, un album à la croisée entre le vieux et le nouveau Muse ? Pour sûr."

Timeout note : 1/5

La Voix du Nord note : 1/5

"Seule l’ultime plage du CD, Drones, un a cappella de cathédrale où Bellamy fait étalage de ses extraordinaires talents vocaux, éveille l’intérêt"

Charts in France note : 4/5

"Cohérent, l'album piétine parfois mais offre son lot de moments d'anthologie"

Sydney Morning Herald note : 4/5

"C'est de l'excès bien fait."

The Guardian note : 3/5

"Le travail le plus concentré du groupe depuis une décennie"

 


Que pensez-vous de ces premières critiques : êtes-vous rassurés ? Quelles sont vos attentes vis à vis de l'album ?

7 réflexions au sujet de « Drones : les premières critiques de l’album »

  1. Quand j’ai entendu un extrait de Defector je m’étais dit que ça ressemblait un peu à Queen mais bon je trouve que c’est chiant de toujours comparer Muse à un autre groupe (U2, Radiohead,…). Je pense que Muse se démarque des autres grâce aux thèmes utilisés pour chaque album, aux textes et surtout à leur façon de jouer de la musique. Bref, Muse n’a plus à prouver leur place sur la scène musicale, mais parce qu’ils la méritent largement. 🙂

  2. Pour ma part aucun album ne m’a déçu. J’ai toujours trouvé qu’ils étaient très aboutis, même si les styles musicaux sont différents. Je pense que le groupe est courageux de montrer leur défiance vis à vis des puissants pas toujours respectueux, pour moi ce n’est pas de la « parano ».

  3. Critique !!!critique !! Les amateurs sauront apprécier cette nouveauté, MUSE a bossé,on va aimer, on va se eclater

  4. On est loin des sons majestueux de Origin Of Symetry ou encore de l’innovation musicale de Absolution… Psycho est la reprise d’un des riffs d’après Stockolm Syndrome donc je n’y voit pas de réelle idée nouvelle… J’ai été déçu par Dead Inside et Mercy, Matt nous a habitué à une voix puissante et singulière et ici on dirait que le côté « rock fort et puissant » de Muse se contient un peu… J’espère que les autres morceaux seront plus dans le thème promis de l’album qui est après tout la dénonciation de la manipulation, la paranoïa, etc.. Moi je compte sur Muse pour m’impressionner une nouvelle fois !

  5. J’ai souvent remarqué qu’il fallait savoir prendre du temps pour prendre la mesure de la qualité et du côté génial des albums de Muse …. Les premières écoutes peuvent parfois étonner … déranger … décevoir, et curieusement au bout de quelques jours on est capturé par l’oeuvre … on en prend la dimension, le travail et l’esprit. ….
    J’ai donc hâte de vivre cette expérience avec ce nouvel album ….

  6. Je pense que les différents albums de Muse sont très différents et qu’on ne pas les comparer. Après on peut préférer un de leur style, mais il faut pas s’attendre à ce que le nouvel album soit « comme avant » ou « comme tel album ».
    Personnellement je trouve qu’ils réussissent dans tout ce qu’ils entreprennent.

Laisser un commentaire