Interview : Drones sera « totalement différents des deux derniers albums »

Matthew Bellamy interviewé sur l'album DronesMatthew Bellamy se livre au magazine allemand Ticketmaster à propos du nouvel album, Drones, et de la tournée à venir. Ses révélations risquent de faire bondir les fans de bonheur.


Matt, où en êtes vous dans le processus d'enregistrement avec le nouvel album ?

Nous avons presque terminé. Nous ne avons plus qu'à mixer quelques chansons, puis ce sera fini. Ça a été un processus long et difficile qui a déjà commencé en 2013 lors de notre dernière tournée mondiale et qui a duré toute l'année dernière. Parce que nous avons tenté une voie intermédiaire. D'une part pour enregistrer immédiatement toutes les idées que nous avons eues au cours des balances et dans nos chambres d'hôtel pour écrire de nouvelles chansons le plus spontanément possible. D'autre part pour ne pas précipiter les choses mais pour faire notre truc sans hâte - peu importe combien de temps il faut à la fin. Donc, c'est un mélange entre le travail rapide et celui très méticuleux, car il est vrai que les chansons qui sont écrites en tournée sonnent un peu de cette façon. À cet égard, il est bon d'avoir un peu de distance et de ralentir l'ensemble du processus.

A quoi ressemble les chansons ?

Totalement différemment des deux derniers albums. "The 2nd Law" était très électronique, tandis que 'The Resistance' avait beaucoup de musique progressive et classique. Le nouveau matériel a un son rock pur et simple avec de la guitare, la batterie et la basse. Tout simplement parce que nous ne voulions pas nous copier et faire la même chose deux fois. Ce serait ennuyeux. Et pour moi c'était une impression de me calmer ou de me réveiller le matin. Se réveiller après ce rêve qu'était les derniers albums et se demander: "Mais qu'est-ce qui s'est passé ici ? - C'était absolument dingue !" Et : "Comment on en est arrivé là ?" Ce qui a renforcé le désir de revenir à nos racines, à notre fond musical. À l'inverse, cela signifie aussi nous séparer consciemment des choses supplémentaires avec lesquels nous avons expérimenté en 2009-2012 - l'électronique, les orchestres et toutes ces choses. Nous leur avons dit au revoir cette fois.

Est-ce que cela implique aussi l'idée de concept albums qui ont influencé cette phase?

Vous parlez des thèmes superordonnés qui sont comme un fil rouge dans toutes les chansons ? Eh bien, c'est tout à fait ça. Tout simplement parce que pour moi ça en fait partie. J'aime écrire des chansons qui sont connectés et entrelacées, qui racontent une histoire et se complètent mutuellement. Je pense que je continuerais, d'une moindre manière, avec cette approche. Car encore une fois, j'ai une poignée de ces thèmes que je traite abondement.

Par exemple ?

L'écologie profonde. Une philosophie écologique et environnementale caractérisée par une vie en harmonie avec la nature. Mais aussi le soi-disant "fossé d'empathie". C'est cette incapacité de l'homme bizarre de se acquitter de choses que nous avons décidé de faire. Je pense que c'est vraiment intéressant. Ce sont toutes les choses que je rencontre personnellement et que je pense sont passionnantes. Exactement comme la théorie qui dit que nous allons lentement mais sûrement vers une Troisième Guerre Mondiale parce que le vieux conflit Est-Ouest s'intensifie mais aussi parce que la radicalisation de l'islam se développe d'une manière que cela doit se terminer violemment un jour. Et j'ai terriblement peur de ce moment, car il aura des conséquences dévastatrices - pour toute l'humanité. Mais c'est le seul contenu qui n'a rien à voir avec la musique. Là, c'est quelque chose de simple, brut et rock.

Est-il vrai que vous avez écrit une suite à Citizen Erased ?

(rires) En effet. Mais je ne sais pas encore si elle apparaîtra sur l'album ou non. Parce que ce n'était qu'un test. Je voulais voir si j'étais capable d'écrire une fois de plus une chanson dans le style de notre deuxième album "Origin of Symmetry", ou si c'était presque impossible parce que je suis vraiment ailleurs. Le but était de dépouiller le passé récent et de revenir à quelque chose de bien plus ancien. Je n'étais vraiment pas sûr à ce sujet et avec cette chanson alors j'ai voulu savoir. Et cela a fonctionné. J'ai réalisé que je suis en fait toujours la même personne que j'étais au début de notre carrière - même si beaucoup de choses se sont passées depuis lors, en particulier dans ma vie privée. Avec cette conclusion, j'ai abordé les autres chansons. Avec la devise : ça marche donc je continue avec ça. Avec le "retour aux sources" expliqué plus tôt.

C'est pour ça que vous avez choisi Robert 'Mut' Lange en tant que producteur, l'un des producteurs les plus accomplis du rock ?

Oui, et c'était un vieux rêve. Parce que nous avons toujours été de grands fans de son travail. Il est un visionnaire, un homme qui utilise la plus récente technologie pour créer de la bonne musique traditionnelle et intemporelle. Et ce pour les plus grands et les plus importants noms de l'industrie. Je veux dire qu'il est responsable de «Back in Black» de AC/DC - l'un des meilleurs albums de rock de tous les temps et la bande sonore de mon adolescence. Jusqu'à présent, nous n'avons pas vraiment osé l'approcher de lui parce qu'il fait parti d'un autre côté du rock. Nous sommes plus dans le rock alternatif alors que lui est carrément plus dans le côté grand public.

Qu'est-ce que Mutt pense de votre déclaration que les «solos de guitare ne sont pas cool» ?

(rires) Il m'en a justement parlé - à notre première rencontre. Il voulait savoir si j'étais sérieux à ce sujet et comment j'en étais arrivé là. J'ai essayé de lui expliquer que je ne me sens tout simplement pas à l'aise avec ça et que tous les groupes avec lesquels j'ai grand - excepté AC/DC - pensaient la même chose. Il secoua la tête et m'a mis au défi d'essayer plusieurs fois au cours de l'enregistrement. Je ne voulais pas au début, mais finalement je me suis lancé et c'était vraiment agréable. Je crains que je sois guéri une bonne fois pour toutes.

À partir du 28 mai, vous serez en tournée avec l'album numéro 7. Que pouvons-nous attendre des concerts en festivals ? Comment pouvez-vous surpasser le vaisseau spatial, le robot et les acrobates de 2012/2013 ?

Cette question est suspendue au-dessus de nos têtes comme une épée de Damoclès et nous fait nous creuser la tête. Bien sûr, nous voulons faire quelque chose de nouveau et passionnant qui va surprendre nos fans comme il pour la dernière fois. C'est un véritable défi. Parce qu'on ne veut pas dépasser les limites, ne pas être excessif et ridicule. Nous ne voulons pas être esclaves de notre propre spectacle ni créer quelque chose qui va être enclin à aller encore plus mal que dans le passé. Ça se passe comme ça : plus c'est compliqué, plus c'est fragile. Depuis la tournée "Resistance", j'en ai fini avec les systèmes hydrauliques. Je n'ai pas à tenir debout sur une plate-forme qui plane plusieurs mètres au-dessus du sol et qui est tangue comme un dingue. Je en ai assez de cela. On verra bien pour cette fois. Pour le moment, je peux seulement dire que nous ferons de notre mieux pour créer quelque chose de vraiment spécial visuellement. Il y aura des lumières laser, écrans LCD et des séquences de films, mais aussi d'autres choses. Je pense que c'est mieux de vous laisser la surprise. Jusqu'à présent - ou du moins je l'espère - on ne vous a jamais déçus, n'est-ce pas ?


Traduit depuis la traduction anglaise ici.

Retrouvez l'ensemble des informations sur Drones, ici.

8 réflexions au sujet de « Interview : Drones sera « totalement différents des deux derniers albums » »

  1. Je ne comprends pas trop cette histoire de désamour des solos de guitare. Y’en a de superbes dans Guiding Light, Invincible, Knight of Cydonia, Hysteria, Unsustainable, Uprising… enfin les 2/3 tiers de leurs chansons quoi…

  2. Certains passages de l’interview donne beaucoup d’espoirs pour ceux -dont je fais partie- qui étaient déçus des deux derniers albums. Espérons que ces espoirs seront satisfaits (au passage, merci au(x) webmaster(s) pour son(leur) travail ici)…

    • Comment peux tu être déçu de ces albums là ?!! Ok, ils sont différents mais franchement est-ce qu’il y a beaucoup d’autres artistes qui peuvent mêler rock, orchestre et opéra…? Et The 2nd Law… THE 2ND LAW !!! Ils ont voulu essayer quelque chose de différent et je trouve ça très positif.
      PS : tu viens de gâcher la soirée d’une amoureuse de The 2nd Law.

  3. Muse est un groupe exceptionnel et moi aussi je suis fan des solos de guitares de Matt . J’ai confiance qu’en au résultat de leur nouvel album , ils n’en ont jamais fait de mauvais par ailleurs mais satisfaire tout le monde est difficile et il ne faut pas tomber dans la critique ou la comparaison…..Muse va bientôt nous présenter son 7ème album , nous devons l’écouter en tant que Fans et non en temps que juges . Mais personnellement j’ai la sensation que je ne vais pas être déçue car je les suis depuis leurs premiers pas et depuis ils n’ont cessé d’évoluer. J’ai hâte !!! bonsoir à tous.

  4. Est-ce que Muse va nous préparer un album racontant une histoire, du genre, tout l’album raconte ou dénonce quelque chose ? « Drones » donne envie et toute la com est très bien gérer de leur part.

Laisser un commentaire