The 2nd Law : La revue de Presse

Depuis que le 6ème opus de Muse, The 2nd Law, est sorti, de nombreuses critiques ont été publiées sur la toile. Voici une sélection de plusieurs critiques.

Commençons par les critiques positives :

Le Nouvel Observateur: Riche et Puissant. Un groupe qui garde le cap et sait encore nous surprendre.

Pure People :  Ambitieux, spectaculaire, parfois téléphoné, effréné dans ses propres poncifs, mais souvent vertigineux et captivant, The 2nd Law apporte un nouveau souffle la trajectoire orbitale de Muse.

 

Gala : Virage dans leur carrière qui en impose. Le trio britannique affirme sa suprématie sur la musique pop rock actuelle.

 

The Guardian :  Un album extrêmement divertissant. Après tout, personne ne va voir un blockbuster pour sa profondeur. On y va pour les cascades et les effets spéciaux, qui sont tous deux fournis par The 2nd Law.
Note : 4/5

Le critiques "entre deux":

France TV : Muse change mais ne surprend pas.  L'ennui s'installe tranquillement.

LaPresse.ca : Avec les années, on a compris que le pompeux et la grandiloquence n’étaient peut-être pas des travers, mais des traits distinctifs de Muse.

Zikeo : A force de mettre la barrre toujours plus haute, Muse n'a plus grand chose à prouver en matière de musique.

Et enfin les critiques (vraiment) négatives:

The Hoya : A expérience (en partie) ratée d'un groupe qui essaye de briser leur routine

Les Inrocks : Muse amuse la galerie avec ses feux d’artifice et ses gros artifices. Pas un groupe pour festivals : un festival à lui tout seul. Comment en est-on arrivé là, comment a-t-on pu laisser, les bras ballants, le rock devenir aussi laideron, aussi bouffi, aussi pompeux ?

Fini de faire mumuse.

8 réflexions au sujet de « The 2nd Law : La revue de Presse »

  1. Chacun se fait son propre avis ! Pour ma part, je trouve ce nouvel album vraiment impressionnant, avec des textes assez matures et plus personnel. En écoutant chacun des titres, on retrouve un panel de 13 chansons toutes différentes les unes des autres, il y en a pour tout les goûts :
    – du rock progressif / métal (pour ma part j’entend bien là) avec « Liquid State » ;
    – une chanson funky et groovy comme « Panic Station » ;
    – du rock symphonique avec  » Supremacy » et « Survival » ;
    – des morceaux plus electro avec « Madness » , « The 2nd Law : Unsustainable » ou « Follow Me » ;
    – un rock plus calme, plus posé avec « Big Freeze » ;
    – une balade avec la voix mielleuse de Chris sur « Save Me »
    – une prélude digne d’un morceau de Chopin ou Litsz qui introduit « Survival »
    – des chansons un peu plus envoûtantes comme « Animals » ou « Explorers
    – et « The 2nd Law : Isolated System » qui boucle l’album avec une symphonie assez surprenante et qui d’ailleurs fait penser au film  » L’Enquête – The International » avec Clive Owen et Naomi Watts (musique qui d’ailleurs a été composé en partie par Matthew Bellamy, dont le nom apparaît dans les crédits du film)

    Pour moi ils ont combinés certaines musiques des 5 albums précédents pour proposer le meilleur (encore une fois, c’est un avis personnel) de ce qu’il ont pu faire jusqu’à maintenant. Comme exemple « Panic Station » sonne un peu comme un « Supermassive Blackhole » en un peu plus funky et moins electro. Cependant, on retrouve toujours un peu l’aspect de Depech’Mode (pardonnez – moi pour l’orthographe du groupe :-p ) et U2 (faut croire que le 360°Tour de U2 leurs ont donnés des idées :-p). Hormis ce détail, cette album reste vraiment un must. Ils ont peut-être perdus certains fans, à cause de leur prise de risque avec des morceaux sonnant un peu dubstep (la faute au trailer de Unsustainable où tout le monde pensés que le morceau était un album purement electro) mais ils ont pour moi rattraper le coup avec « Survival » et leur envolé lyrique et symphonique (ça fait pensé à Queen un peu quand même hein ?!) mais ont quand même mis le doute à certains à la sortie de « Madness » (genre ils se foutent de notre gueule ces mecs ? – j’en ai entendu certains dire ça à un coin de rue, c’est véridique-), mais ils en ont gagnés d’autres et garder ceux de la première heure (comme moi ou l’équipe de IWantTheTruth -j’espère !-) ! Tout ça pour dire que leur album est vraiment génial, avec des bons points comme des mauvais mais ça reste du MUSE alors pourquoi s’en privé 🙂 ?

  2. J’adore lire ces critiques. celle des Inrocks, en particulier, m’a fait beaucoup rire 😀
    Je pense que cet album a autant de fans que de détracteurs, et pour cause: les influences à la limite du plagiat et les prises de risque énormes.
    J’aime beaucoup cet album, mais comparé à ce qu’ils ont fait avant, ce n’est plus du même niveau.Chacun peut se construire un avis et c’est ça qui est super avec Muse.

    • C’est vrai que c’est la spécialité du journal « Les Inrocks ». Critiquer c’est comme une passion pour eux !
      Mais avouons-le. C’est grâce à ce genre de critiques que les fans de Muse se réveillent pour montrer le couteau !

  3. C’est toujours la même chose de toute façon, dès qu’un groupe à un peu de longévité, on voudrait que les sonorités du début n’évoluent pas. Regardez Coldplay, les deux derniers albums n’ont plus rien à voir avec Parachute, et du coup un certain nombre de critiques ont considéré qu’après A rush of blood to the head le groupe s’était épuisé. Et il en va de même pour Muse : après Absolution, ce serait devenu boursouflé et commercial. Pour ma part, Absolution est un excellent album, qui contient le ferment des suivants, puisqu’on retrouve certaines de ses sonorités jusque dans The 2nd Law. J’ai du mal à comprendre que certains oublient ce qu’est un musicien : un chercheur. Muse est constitué de trois grands musiciens qui maîtrisent leurs instruments à la perfection (notons au passage que ce n’est pas le cas de toutes les stars…) et qui réfléchissent au sens et à l’unité de leurs albums. C’est flagrant notamment à partir de Black Holes and revelations. En plus de ça, Bellamy est un musicien cultivé puisqu’il nous fait entendre dans Thé resistance plusieurs passages au piano inspirés de Chopin ou même de Chopin lui-même, ainsi qu’un passage complet d’un opéra (Samson et Dallila de Saint-Saëns, dans la chanson I belong to you). Il est donc surprenant de lire de-ci de-là que les derniers albums sont mauvais. Je n’ai pas encore suffisamment écouté le dernier pour avoir du recul, mais je peux dors et déjà dire que les sonorités sont très expérimentale, et que le groupe repousse encore un peu plus les limites du rock. On allait quand même pas attendre de musiciens d’un tel niveau qu’ils ressortent Showbiz tous les trois ans… À toutes les époques les compositeurs ont divisé les critiques, il faut y voir un signe de leur bonne santé crêatrice. Rien de pire qu’un artiste qui fait l’unanimité, d’ailleurs ça n’existe pas !

  4. Pour ma part, je trouve cet album très novateur, et très original !! Muse reste lui même, mais dans des styles très différents les uns des autres 🙂
    mais ils restent eux m^me, et c’est ça le plus important je trouve!
    J’adore ce nouvel album !

  5. Perso, je m’en fou completement de ce que peuvent dire les critiques. J’ecoute Muse depuis leur tout debut et comme sur les precedents albums il y a toujours plusieurs titres qui me font voyager.

    J’eteins la lumiere … j’allume quelques bougies … j’allume ma chaine Hi-Fi … je met mon casque … je monte le son … je met « Supremacy » … Je ferme progressivement les yeux … ca y est … je m’envole …

    « Supremacy » et « Survival » sont des bijoux !!!

    Ecouter un nouvel album de Muse , c’est comme avoir son permis de conduire. La 1ere fois on a peur , on sait pas ce qui nous attend et avec le temps on peut plus s’en passer , c’est indispensable…

    Jusqu’au bout …

    OoS…

Laisser un commentaire