Interview de Matt avec plein de potins !

Apparue dans le Vanity Fair Italien, Matt Bellamy se confie :

- Comment faites-vous pour tout de suite comprendre si une chanson est la bonne ?

Matt : J'écris avec mon cœur et je ne me pose pas la question. Dans ces moments, tout ce qui compte c'est l'écriture. Parfois ça donne quelque chose de bizarre ou fou, mais l'important c'est que la chanson soit sincère et instinctive.

 

- Y'a-t-il des situations qui facilitent l'écriture ?

Matt : Quand je prends l'avion, ou dès que j'ai du temps. C'est bon pour écrire. Ou quand je me retrouve seul à la maison pour un moment. Le truc c'est que ça doit se passer dans un moment inattendu.

 

- Maintenant que vous êtes père, la situation a changé ?

Matt : J'écris exclusivement pendant mon temps libre, les enfants demandent du temps. Mais tout va bien.

 

- Dans "Survival", vous dites que la vie est une course. Pensez-vous être un gagnant ?

Matt : Je ne sais pas. Je viens d'une famille pauvre, mes parents étaient séparés, j'ai longtemps vécu avec ma mère. Par la suite, former un groupe, faire de la musique et des concerts, ce fut une bonne réussite. Mais je ne me dis pas "gagnant". Ce qui compte au final, c'est apprendre à se battre.

 

- Qu'avez-vous fait en premier quand vous avez commencé à gagner beaucoup d'argent ?

Matt : J'ai acheté une maison pour ma mère. Elle le méritait et elle n'en avait jamais eu. Puis un an plus tard, j'en ai acheté une à mon père.

 

- Et pour vous ?

Matt : La voiture de mes rêves : Une Lotus.

 

- Vous pouvez vous promener normalement dans la rue ?

Matt : Quand je suis seul ça va, les gens sont détendus. Le problème est quand je suis aussi avec ma copine. C'est le délire. Son visage est beaucoup plus connu que le mien.

 

- C'est facile d'avoir une copine célèbre ?

Matt : C'est bon d'être avec quelqu'un qui sait ce que c'est que d'être dans la star system. Mais d'un point de vue pratique, on doit être prudent. On est en permanence suivis par des paparazzis. Pour moi, cependant, je trouve la situation assez marrante.

 

- Vous vous souvenez de votre première rencontre avec Kate ?

Matt: Nous étions au festival Coachella en Californie. Elle ne savait pas du tout qui j'étais, j'avais joué ici deux jours avant, puis j'ai rejoint le public. Elle était perdue, elle ne trouvait pas son ami(e). Alors je lui ai demandée si elle voulait de l'aide. Je ne l'avais pas reconnue, bien que j'aie vu ses films. Mais j'ai juste pensé que c'était une fille merveilleuse.

 

 - Et ensuite ?

Matt : On s'est tout de suite bien entendu, on a vu le concert ensemble. Quelques jours plus tard, je l'ai appelée et lui ai dit "J'ai besoin de te revoir". Elle a accepté.

 

- Si vous étiez un vampire, à qui suceriez-vous le sang ?

Matt : David Bowie !

 

- Quel souvenir avez-vous de l'Italie ?

Matt : C'était très bien. J'ai eu une maison, un studio et une copine. J'ai vécu là-bas 3 ou 4 ans.

 

- Je pensais que "Follow Me" était une chanson sur Twitter !

Matt : (rire) Je n'y avais pas pensé ! J'étais tellement touché alors j'ai enregistré ses battements de cœur (il parle de son fils)

 

 - Avez-vous déjà rencontré la Reine ?

Matt : Non, mais j'aimerais savoir quelle musique elle écoute quand elle est seule.

 

  - Il y a-t-il quelqu'un qui vous a sauvé de la folie (Madness) que vous chantez ?

Matt : Mon fils Bingham. Depuis sa naissance, le seul endroit où j'aime aller est mon foyer.

 

Laisser un commentaire